top of page
Rechercher
  • Jürg Nobs

La généalogie autrement

Dans le cadre de notre activité habituelle de généalogistes professionnels, nous aidons nos clients à rechercher le passé de leur famille et à apporter la preuve de leur ascendance. Pour ce faire, nous commençons généralement par certaines informations déjà disponibles chez les personnes intéressées. Souvent, avant de se lancer dans la recherche historique proprement dite, il vaut la peine de demander à la famille quelles informations sont encore disponibles et ne nécessitent pas de recherches complexes (et/ou coûteuses).


Une fois que nous avons recueilli et enregistré les connaissances déjà présentes dans la famille, la recherche proprement dite commence. À l'aide de sources, qu'il s'agisse de l'état civil ou de sources d'archives comme les registres paroissiaux, nous remontons le temps pas à pas, génération après génération. Pour ce faire, nous enregistrons toutes les données pertinentes et leurs sources selon les critères de la science historique et établissons finalement un arbre généalogique.


Mais si notre regard de chercheur est généralement tourné vers le passé pour identifier nos ancêtres, nous pouvons parfois utiliser les mêmes méthodes ou des méthodes similaires dans le sens inverse. L'expertise de l'arsenal des sources accessibles pour la recherche d'une famille est également utile si l'on souhaite plutôt partir d'une personne historique pour rechercher ses descendants. C'est ce que nous faisons par exemple dans la recherche d'héritiers.


Quoi qu'il en soit, la recherche généalogique est toujours passionnante pour nous. Chaque cas a ses particularités. Dans ce qui suit, nous relatons une expérience un peu exceptionnelle pour nous aussi et, dans ce cas, j'ai l'autorisation expresse d'en parler ici :


Une équipe de tournage nous a contactés et a demandé à s'entretenir avec nous devant la caméra. Il s'agissait d'un éventuel contrat de recherche, nous a-t-on dit. Un film devait être tourné, nous a-t-on dit. Pour que notre réaction aux questions posées devant les caméras soit authentique, on ne nous a pas encore dit précisément de quoi il s'agissait à ce moment-là.


Cela a éveillé notre intérêt. Curieux, nous avons donc accepté et invité l'équipe de tournage à nous rejoindre au bureau. Nous nous sommes assis à une table avec la réalisatrice, nous avons offert un café que j'ai rapidement renversé par nervosité. Nous étions donc là, assis à notre table dans la salle de conférence, entourés d'une équipe de tournage. Une situation particulière pour nous.


La réalisatrice a ensuite raconté son histoire personnelle. Nous pouvons déjà en dire autant : elle est d'origine italienne et est arrivée en Suisse avec sa mère lorsqu'elle était petite, parce que celle-ci cherchait du travail. Elles ont été accueillies pendant un certain temps par une famille suisse. La réalisatrice ne se souvient de cette période que de manière très fragmentaire et sa mère en parle peu. C'est pourquoi elle s'est lancée dans des recherches et nous avons pu l'aider à trouver cette famille d'accueil.


Nous avons accepté ce défi avec plaisir et nous sommes lancés dans une recherche de plusieurs mois. Les premières étapes de la recherche ont déjà eu lieu spontanément devant la caméra. Les premiers résultats ont également été obtenus. Dès le début de la recherche, nous avons vécu des moments d'émotion qui ont conféré à ce projet de recherche un caractère particulier. Le résultat ? Le mystère reste entier à ce stade ! Mais attention : si vous souhaitez le découvrir, je vous conseille de regarder le film "Mutterland" de Miriam Pucitta au second semestre 2022 ! Cela en vaut la peine.


Pour plus d'informations, je vous conseille de visiter le site de la société de production Mirafilm :



14 vues0 commentaire

תגובות


bottom of page